C’est quoi, un 46er?

20 septembre 2016

Par Fanny Jane

Catégorie : Articles

Un 46er – se prononce forty-sixer, et non quarante-sixer –, c’est quoi au juste? Un format de bouteille de vodka? Non, pas du tout. En fait, ce n’est pas un objet, c’est une personne. Et à part ma tante qui, elle, est une NH48er, la plupart des gens n’ont aucune idée de quoi je parle lorsque je leur dis que mon but dans la vie, c’est de devenir une 46er.

La personne digne de ce titre doit avoir sous la ceinture l’ascension des 46 plus hauts sommets de l’État de New York. Et pour le mont Whiteface, pas le droit de s’y prendre en voiture!

Dans le présent billet, qui est de loin le moins nébuleux de mes textes, j’essaierai de transmettre au lecteur l’envie de se retrouver, un samedi après-midi, la tête littéralement dans les nuages.

46er_1

Mont Marcy, à 5 344 pieds d’altitude

Après tout, inciter les gens à se mouvoir les fesses s’inscrit dans mon mandat de nouvelle coresponsable du comité EdActive1.

Poke-O-Moonshine. Une randonnée plutôt courte, mais une montée assez abrupte. Cette montagne, qui ne fait pas partie des fameux 46, est idéale pour les gens en bonne forme qui veulent essayer le trekking pour la première fois ou pour les gens un peu princesses (j’en suis!) qui délaissent dès la première neige les sentiers montagnards pour les studios de yoga chaud et doivent s’y remettre au printemps. Anecdote : C’est sur son sommet que je me suis endormie à quelques pouces d’une falaise le jour de mes trente ans. Sans commentaires.

Wright Peak. Prise deux. En octobre, nous avons dû rebrousser chemin à plus ou moins une heure de sa cime. Dans les Adirondacks, la combinaison de vêtements trempés, de pénombre et d’écœurantite aiguë est de mauvais augure; dans un tel cas, mieux vaut déclarer forfait. Sommet impressionnant et très venteux… Peu importe le mois de l’année, n’oubliez pas votre petite laine!

Colvin et Indian Head. Précision : Indian Head non plus ne fait pas partie de la liste, mais se trouve sur le sentier qui mène à Colvin. Première impression : très long pour une montagne qui fait à peine plus de 4 000 pieds. Le chemin est parsemé de grosses roches à escalader à l’aide de ses mains. En temps normal, c’est amusant de se prendre pour un singe. En carence de sommeil, c’est un supplice. Prévoyez le coup!

Giant. Un exploit comme on les aime et des vues magnifiques! Je me rappellerai jusqu’à la fin de mes jours l’ascension du mont Giant, pendant laquelle nous avons croisé un homme qui venait de succomber à un problème cardiaque. Ce jour-là, j’ai compris l’importance de préparer une randonnée avec soin, de suivre un cours de secourisme et, surtout, de ne pas se moquer de ceux qui partent accompagnés de leur téléphone intelligent : lui sait où nous sommes situés exactement. Au sommet, nous avons été témoins d’une jolie demande en mariage. L’univers a sa façon bien à lui de rétablir l’équilibre des choses.

Esther. La météo annonçait du mauvais temps, mais nous avions besoin, coûte que coûte, de nous préparer à la randonnée de la semaine suivante. Découverte du siècle : marcher sous la pluie, la grêle et la neige (en juin!), dans un vent à écorner les bœufs et à déraciner les arbres, c’est beaucoup plus agréable que je ne l’aurais cru. Depuis, je traîne toujours une paire de gants.

L’éternel chic des bas blancs!

L’éternel chic des bas blancs!

Gray et Skylight. Fin de semaine du Défi Fou Alpin au profit de Leucan. Comme les journées se faisaient de plus en plus longues, nous avons opté pour un parcours qui devait nous prendre une douzaine d’heures. Il nous en a pris quinze à cause d’un mauvais chemin emprunté. Par chance, le second sommet, celui de Skylight, offrait une vue à couper le souffle et valait toute la peine du monde. Un réel coup de cœur!

46er_3

Nippletop et Dial. Une belle et longue randonnée, mais une douleur aux genoux à en avoir la nausée. Les pros du trekking vous conseilleront d’acheter une vraie bonne paire de bottes; moi, je vous conseille d’écouter votre corps. Namaste.

Rocky Peak. Pour rejoindre son sommet qui s’élève à 4 420 pieds, il faut pratiquement passer par celui de Giant, descendre, monter, redescendre, remonter, puis redescendre une dernière fois. Heureusement, j’avais mes souliers de course aux pieds et gambadais comme une jeune gazelle, ou presque.

Marcy. Fait à noter : le mont Marcy est le plus élevé des monts de l’État de New York. D’après le site de Lake Placid, sa montée prend entre six et sept heures. Nous avons relevé le défi en cinq heures et quarante minutes, pauses, dîner et installation de la tente y compris! Nous étions fiers-pets, comme on dit.

Table Top. Lendemain de l’ascension du mont Marcy. C’était la première fois que nous faisions de la randonnée deux jours de suite. Belle petite promenade sans balises, mais pas sans bouette!

46er_4

J’avais bien l’intention d’arrêter ma joyeuse énumération sur notre dernière balade de la saison. Cependant, cette année, nous avons décidé d’essayer la randonnée d’hiver en raquette; je l’arrête donc aléatoirement ici. Mais un jour, je vous parlerai des NE111ers.


1 Comité d’activité physique d’Edgar.