Du rapport qu’entretient le réviseur avec la norme linguistique

29 mars 2019

Par Edgar

Catégorie : Articles

Marie-Eve Castonguay

On me demande mon avis sur l’écriture inclusive. Mon avis professionnel, s’entend.

Bien sûr que j’en ai un, d’avis, sur la féminisation, l’écriture épicène, la parenthèse d’alternative, le point médian. Tout ça, et plus encore.
Un avis certes teinté par le genre qui m’a été assigné, mon âge, mes implications hors Edgari, alouette.
(Tu prends la grammaire pour une science objective? T’es absolument certain que tout ce qu’on t’a enseigné au primaire est inscrit en lettres de feu dans le Grevisse? Eille, décroche.)

Sauf que.
Je tends ma carte magnétique, passe la porte. Revêts l’uniforme de réviseure d’Edgar. (Sont beaux, nos uniformes.)

Primum non nocere

Contrairement à la croyance populaire, non, je ne remplacerai pas un mot ni ne reformulerai une phrase parce que je « ne l’aime pas » ou que je « ne comprends pas le style » d’un·e rédacteur·trice.

La réviseure, c’est l’agente de police de la langue.
Pas la juge, ni la juriste, ni la ministre. Ça, ce sont les linguistes et les bonnes gens de l’OQLF.
C’est dire que je ne décide pas des règles : je les applique.

Bon. Il est des jours où je tiens plutôt lieu d’agente de stationnement avec un sifflet en plastique. (Essaye, toi, d’endiguer la marée d’opportunités et tous ses impacts.)

Au Château, je ne suis que fonctionnaireii.
La Loi change? J’applique les changements aussi, pas d’humeur qui tienne.
Pas de « c’est laid », « j’ai toujours écrit ça de même », « c’est du nivellement par le bas ».
Du jour au lendemain, je cesse de corriger « par le biais de ». Viendra un temps où partout l’on admettra la minuscule à Web.

Blasée? Que nenni.
J’aspire à sauver le monde, une virgule à la fois.

Choisir ses combats

À mon sens, ça va de pair avec la volonté d’être le changement que tu veux voir dans le mondeiii, ou dans la norme linguistique, pis toute.

Quand je fais preuve d’optimismeiv, je me convaincs que mes commentaires polis inspireront le ou la destinataire, qui consultera la BDL et se découvrira une sincère passion pour la chasse aux anacoluthes.

Les autres jours, je m’obstine à italiser – ou pas – des virgules. [soupir]
On s’en reparle.

Au fait, les parenthèses d’alternative, à part dans un formulaire – et encore –, c’est non.


i Car il y a plus à la réviseure que cette discrète et ponctuelle petite dame à la coupe au carré, au bureau impeccable.

ii Quoique des fois, pour poursuivre l’allusion à Kafka, je me sens plutôt comme Barnabé.

iii Tsé, cette phrase que Gandhi n’a PAS dite.

iv Et non de positivisme, là, come on.