L’épique traversée de l’Edgarmada

26 septembre 2019

Par Edgar

Catégorie : Articles

Le dimanche 18 août dernier, de braves Edgarien·ne·s et quelques ami·e·s prenaient part aux Rendez-vous provincial des bateaux-dragons de Drummondville.

Nos 20 volontaires avaient-ils pagayé tout l’été en vue de cette compétition amicale? S’étaient-ils musclé biceps, triceps et deltoïdes? Eh bien… pas tout à fait, cependant leur enthousiasme a compté pour beaucoup dans la réussite de cette magnifique journée.

Le bateau-dragon, sport de prédilection de Mélina Boucher et Stéphanie Dostie, exige des athlètes qu’ils unissent leurs forces et poussent la machine à pleine vapeur durant l’intense minute que dure l’épreuve. Le travail d’équipe, la coordination, la puissance (des doigts exercés sur le clavier), la capacité de garder la cadence en dépit des houles : c’est tout Edgar, ça!

À la suite d’une première course où l’Edgarmada a franchi la ligne d’arrivée bonne troisième (de… trois) après 1 min 16 s, on ne pouvait que s’améliorer! Un moment de débreffage, concertation, et encouragements plus tard, c’était reparti, et notre joyeuse équipe est arrivée à retrancher huit secondes de son temps, terminant ses deuxième et troisième courses avec 1 min 8 s.

Au final, l’Edgarmada n’aura pas exactement remporté la victoire, mais qu’à cela ne tienne, on était tout de même d’humeur à danser.

Le mot de la fin revient à Cynthia, qui a dirigé notre orchestre de rames au cours de ces trois épiques traversées : « Ce qui fait la force d’une équipe, ce n’est pas le résultat, mais une recette mélangeant plaisir, rire, camaraderie et un bon esprit d’équipe. J’ai pu voir cette belle force avec l’Edgarmada. Peu importe la performance, j’ai vu des gens tout sourire et profitant du moment présent. Ne perdez pas cette petite étincelle, vous avez illuminé Drummondville lors de votre passage. Félicitations et ne lâchez pas... 1-2-1-2-1-2-1-2! ;-) »

Notre souriante Edgarmada

***

Nous avons recueilli quelques commentaires de nos athlètes.

Mélina Boucher
« Quel bonheur que de pratiquer mon sport préféré avec mes collègues d’Edgar! Tout un défi pour cette équipe essentiellement composée de néophytes : pagayer au même rythme que 19 autres coéquipiers pour gagner une course lorsqu’on n’a jamais même touché à une pagaie de bateau-dragon par le passé, ce n’est pas chose facile. Mais, fidèles à eux-mêmes, les Edgariens ont fait preuve d’une détermination et d’un esprit d’équipe extraordinaires. Je suis très fière de nous tous! »

François, ami
« J’ai vraiment aimé pagayer avec l’Edgarmada. C’était une nouvelle expérience pour la majorité d’entre vous, et devant les difficultés, vous avez demandé des explications supplémentaires et des consignes claires, tout en gardant une attitude positive, ce qui a mené à une spectaculaire amélioration de nos performances au cours de la journée. Bravo! »

Daniel Laplante
« Si on avait perdu, ce n’aurait été QUE par souci d’historicité (l’Armada* a perdu), mais on est tellement hots qu’on a réécrit l’histoire. Une belle et bonne activité pour rappeler aux bureaucrates que nous sommes que nous avons tous un corps à chérir et auquel être fidèle dans la richesse comme dans la pauvreté, dans la santé comme dans la maladie, dans la joie comme dans la peine, jusqu’à ce que la mort nous en sépare. Une belle et bonne occasion de se rapprocher plus personnellement de nos collègues. »

Mélissa St-Yves, amie
« Je dois dire que j’ai été surprise et ravie de ce sport que je ne connaissais pas. Au départ, j’appréhendais un peu la chose. Les vidéos me donnaient une impression de sport olympique pour lequel je n’étais pas du tout qualifiée. Puis, je me suis laissée gagner par l’excitation de la découverte. Devoir se synchroniser le mieux possible en un superbe mouvement de chaîne m’a paru très beau. C’était une expérience concrète de la magie du travail d’équipe. Devoir suivre le mouvement tout en prenant le temps de regarder droit devant et de faire au mieux pour ceux qui sont derrière. Prendre de la vitesse bon an mal an alors que le flot continu et accéléré nous projette vers une même direction grâce aux échos bien sentis du coach et du meneur. Bref, j’ai adoré mon expérience et je vous remercie de m’avoir donné la chance d’essayer ça avec vous. »

* On fait ici allusion à l’« invincible armada », qui vécut l’un des échecs maritimes les plus retentissants de l’histoire en 1588 (défaite militaire suivie d’un naufrage). « En musique, ajoute Daniel, une performance historiciste cherche à interpréter une œuvre telle qu’elle a probablement été jouée à son époque, ou le plus fidèlement possible selon les documents à notre portée. C’est donc par souci d’historicité que l’Edgarmada aurait perdu. »